Focus sur les métiers en pénurie

En Wallonie, le taux de chômage est élevé et bon nombre de demandeurs d’emploi ne parviennent pas à trouver un emploi.

Pourtant, paradoxalement, certaines professions sont dites « en pénurie », « en demande » ou « critiques » pour des raisons diverses. Pour certaines fonctions, en effet, les employeurs éprouvent de grandes difficultés à trouver un candidat adéquat et certaines offres restent même non satisfaites.

Généralement, on constate une inadéquation entre l’offre d’emploi et la formation du candidat. Toutefois, il est important de savoir que les causes de tensions pour les fonctions critiques ne sont pas toujours uniquement le manque de candidat qualifié. En effet, il apparait parfois que d’autres critères entrent en ligne de compte comme la mobilité accrue demandée aux travailleurs ou l’expérience requise. Il suffit parfois à l’employeur d’alléger le nombre de ses exigences pour satisfaire ses postes vacants.

Nous avons entrepris de faire toute la lumière sur ces métiers « en pénurie » dans ce focus car si vous décidez de réorienter votre carrière professionnelle ou de reprendre des études, ces fonctions pourraient vous assurer des débouchés plus importants.

Découvrez ces métiers, formez-vous y et décrochez peut-être rapidement un job !

Petit exercice de vocabulaire

Tout d’abord, deux termes sont à différencier :

  • Les fonctions critiques sont les métiers pour lesquels le recrutement rencontre des difficultés. Ces difficultés peuvent être de nature différente : un manque de qualification chez les candidats, une expérience insuffisante, des problèmes de comportements inadéquats (présentation, politesse, ponctualité…), les conditions d’exercice de la profession ou encore une mauvaise image du métier.
  • Les métiers en pénurie font référence à l’insuffisance quantitative de main d’œuvre disponible sur le marché de l’emploi.

La liste des fonctions critiques du FOREM

C’est le FOREM qui, chaque année, est chargé de recenser l’ensemble des fonctions critiques en Wallonie. Pour ce faire, il tient compte de ses statistiques internes concernant le taux et la durée de satisfaction des offres qu’il reçoit ainsi que l’avis de ses conseillers en recrutement. Le FOREM dresse ainsi la liste des fonctions critiques et les origines des difficultés de recrutement.

Vous trouverez ici l’analyse du marché de l’emploi réalisée par le FOREM.

Les opérateurs de formation

Parmi les organismes qui peuvent vous former à un métier en pénurie, on retrouve :

  • 1) Le FOREM : vous pouvez consulter son offre de formation ici
  • 2) L’enseignement de promotion sociale : trouvez l’école de promotion sociale la plus proche de votre domicile ici
  • 3) Institut wallon de Formation en Alternance et des indépendants et Petites et Moyennes Entreprises : Retrouvez toutes les formations proposées par l’IFAPME http://www.ifapme.be/

Il existe des incitants

Ayant bien conscience de la nécessité de permettre aux demandeurs d’emploi de se former à un métier en pénurie, des dispenses peuvent être obtenues quant aux obligations de recherche active d’emploi.

Concrètement, vous pourrez ainsi être dispensé, à certaines conditions, des obligations liées à votre statut de demandeur d’emploi, tout en continuant à bénéficier de vos allocations de chômage.

Pour plus d’informations sur la liste des formations pour lesquelles une dispense est possible cliquez ici

Il existe également des incitants financiers. Toutes les infos ici

Conclusions

Que vous soyez jeunes, en quête de votre avenir professionnel ou plus âgé, en recherche de reconversion professionnelle, penser aux métiers en pénurie peut vous offrir de réelles chances de décrocher un emploi et de vous intégrer sur un marché du travail souvent « bouché ».

La liste des métiers « en pénurie » ou « critiques » est variable, évolutive. Il est donc très important de vous renseigner longuement avant d’opérer votre choix. Renseignez-vous auprès des services du FOREM ou même auprès des travailleurs/entrepreneurs de ces secteurs dits en pénurie. Vous pourrez ainsi analyser les causes du déficit de main d’œuvre et les réelles opportunités d’emploi.